hypnothérapeute colombine chauvin

Chauvin Colombine

Praticienne en Hypnose
Praticienne en Naissance Hypno-Douceur©
183, Grand’Rue
68180 Horbourg-Wihr
06 82 25 62 46
colombine.chauvin@hotmail.fr

Dès mes jeunes années, très intéressée par les enfants, je me suis documentée sur les effets des événements de l’enfance sur le développement psychologique d’un individu.

C’est ainsi que j’ai entrepris des études de médecine, dans l’objectif de devenir pédiatre.

Peu de temps plus tard, lors de mon premier stage, en soins intensifs de néonatologie au CHU de Besançon, en voyant ces nombreux nouveaux nés, pour la plupart prématurés, privés de leurs parents, se retrouvant dans un environnement stressant où les sonneries des monitorings sont incessantes, réveillés toutes les 3 heures de jour comme de nuit pour que l’on relève leurs températures et d’autres constantes, je réalise l’impact que peut avoir la grossesse, la maternité sur le bon développement d’un enfant et sur la relation parents/enfant.

Depuis cet instant, convaincu que les fondements d’un individu se créent dès sa conception, j’abandonne ma volonté de devenir pédiatre pour une spécialité qui se situe au commencement de la vie : la gynécologie obstétrique.

En attendant de passer le concours de choix de spécialités, j’ai fait plusieurs stages au centre médico-chirurgical obstétrical de Schiltigheim.

Puis découvrant le travail du Dr Michel Odent (gynécologue obstétricien), je prends conscience de l’importance de l’environnement de la femme enceinte durant la grossesse et l’accouchement.

Durant mes études, j’apprends l’histoire de la médecine mais pensant que cette matière, très importante selon moi, n’est que trop rapidement survolée, j’entreprends donc une importante documentation sur l’histoire de la maternité et l’ethnographie du milieu obstétrical.

C’est ainsi que je prends conscience de la rupture entre les progrès médicaux et la non amélioration du taux de décès post-partum.

En effet, bien que l’arrivée des antibiotiques, la maîtrise des hémorragies et les césariennes d’urgences ont permis une baisse de la mortalité infantile et maternelle, ces taux stagnent depuis plus de 20 ans alors que le pourcentage de femmes soumisent à différents actes médicaux ne cesse d’augmenter (péridurale, épisiotomie, césarienne…).

De ce fait, j’ai commencé à me renseigner sur les maisons de naissance et les accouchements à domicile convaincu qu’une naissance la plus naturelle possible ne peut que se dérouler dans de meilleures conditions. Les résultats à ce sujet est juste époustouflant:

Pour les femmes qui le désirent, l’accouchement à domicile semble apporter un bénéfice important sur:

– la morbidité maternelle

– le nombre d’interventions médicales : réduction au moins par deux du nombre d’extractions instrumentales, de césariennes…

– la satisfaction des femmes ; critère important puisqu’il influence le lien mère-enfant et le bien-être psychique des femmes en post-partum.

Et au contraire, aux Etats-Unis, où les péridurales sont systématiques, le nombres d’actes médicaux et chirurgicaux durant la grossesse et l’accouchement sont au plus haut (1 femme sur 3 accouche par césarienne), le taux de mortalité néonatale est en hausse.

Dans cette démarche, mon souci est de faire en sorte que la grossesse, l’accouchement, soient vécus comme des moments naturels de la vie, qu’il ne faut pas appréhender, et que l’on en viendra tout naturellement à éviter une sur-médicalisation en rupture avec les fondements de la vie.

Pour progresser, je passe en 2015 la formation Naissance Hypno-douceur en Belgique. Cette pratique se trouve à la portée de toutes les femmes et les aide à se reconnecter à leur savoir le plus intime afin de jouer un rôle plus actif dans la naissance de leur enfant.

Mon objectif est d’accompagner les femmes enceintes vers un cheminement plus humain et intuitif où elles pourraient reprendre confiance en leurs compétences à devenir mère…

Cette façon de suivre la maternité, où intervient l’auto-hypnose est une pratique assez récente qui satisfait les couples qui s’y adonnent, et nous pouvons penser qu’à l’évidence, le corps médical l’adoptera bientôt.

Pendant cette formation d’hypnose périnatale, je prends conscience des multiples possibilités qu’offre l’hypnose, et de plus ayant toujours trouvée que les troubles émotionnels sont à la base de la plupart des pathologies « organiques », je vois en cette discipline une cohérence que je n’ai jamais retrouvé dans mes études de médecine, c’est ainsi que je décide de devenir hypnothérapeute.

Peu de temps après l’ouverture de mon Cabinet d’Hypnose, je décide d’interrompre mes études de médecine pour me consacrer à l’Hypnose.

Mes différentes formations:

  • Depuis 2011: Etudes de médecine.
  • 2013: Stage en soins intensifs de Néonatologie au CHU de Besançon.
  • 2013: Stage en Gériatrie au CHU de Besançon.
  • 2014: Stage en Chirurgie Infantile au CHU de Besançon.
  • 2014: Stage au Centre de Réadapation Clemenceau à Strasbourg.
  • 2014/2015: Stage de Gynécologie Obstétrique à Schiltigheim.
  • 2015: Certification en Naissance Hypno-Douceur.
  • En cours: Initiation en Homéopathie, Phytothérapie et Aromathérapie.
  • 2015: Initiation en Médecine Psychosomatique.
  • 2015: Stage en Pédiatrie (Chirurgie orthopédique) à Strasbourg.
  • 2016: Diplôme de praticienne en Hypnose
  • 2016: Initiation à la pathologie du développement embryonnaire
  • 2016: Stage en Chirurgie digestive à Strasbourg
  • Fin 2016: Arrêt de mes études en médecine.

« Je ne suis ni médecin, ni psychologue, ni psychiatre, ni psychothérapeute. Je suis spécialisée dans la pratique de techniques d’hypnose et je vous accompagne dans la gestion des émotions/stress qui impactent votre vie privée et professionnelle au quotidien. Je ne fais donc pas de diagnostics, ne soigne pas et ne guéris pas. L’hypnose permet d’accéder à vos ressources psychocorporelles dans le cadre d’une démarche de bien-être et ne peut en aucun cas se substituer à un avis ou à un traitement médical de votre médecin traitant. »